Le Gouverneur de la région d'Oulianovsk Sergueï Morozov a désigné des nouvelles directions du travail du conseil de coordination pour la politique migratoire

Le 28 novembre le chef de la région a fait une conférence à ce sujet.

 Sergueï Morozov a ordonné aux conseillers d'élaborer un mécanisme de réduction du reflux de la population, de retour des gens qui sont partis de la région d'Oulianovsk et d’attraction des cadres qualifiés d'autres régions.

« Nous devons modifier vite notre politique migratoire pour attirer dans la région le plus possible d’habitants, avant tout, des Russes. Nous avons une bonne situation géographique, écologique et économique, plusieurs estimations en sont la preuve. Nous avons un des plus bas niveaux du chômage en Fédération de Russie. C'est pourquoi notre tâche est de faire les gens qui ont déménagé autrefois à d'autres régions revenir à leur petite patrie », a dit le Gouverneur Sergueï Morozov.

Au dire des spécialistes de l'Agence du développement du potentiel humain et des ressources en main-d'oeuvre, en 2006 la perte migratoire de la population de la région a fait 4046 personnes, en 2016 ce chiffre a été réduit jusqu'à 737.

« Chez nous le nombre de nouveau postes de travail créés augmente tous les huit jours. Dès le début de l'année on a organisé 21,5 mille positions, 7,5 mille d’elles sont des positions à grand rendement. Le nombre de places vacantes dans la région fait près de 10 mille. Leur nombre surpasse à 3,4 fois le nombre de chômeurs enregistrés. Nous avons toutes les conditions nécessaires pour faire des spécialistes revenir dans notre pays natal et prévenir leur reflux au-delà de la région », a communiqué le chef de l'Agence Denis Guerassimov.

En outre, à la conférence on a examiné le problème de migration d'enseignement. « Selon la recherche dans le domaine du choix de la future profession faite cette année, près de 93 % des élèves de neuvième et 67,5 % des élèves de onzième envisagent d'entrer aux établissements d'enseignement d'Oulianovsk. Bien sûr, nous avons encore du temps pour améliorer cette situation. Pour cela à présent on appliquent non seulement de nouvelles formes du travail pour l’orientation professionnelle aux écoles, mais les écoles supérieures utilisent aussi d’autres méthodes d’attraction de candidats. En outre, on va créer un groupe de travail, qui analysera le changement de la migration d'enseignement dans chaque municipalité et établissement d’enseignement », a dit Ekatherina Ouba, le premier vice-président du Gouvernement.

 

 

 

12.12.17